Visite de La Caverne

A la découverte de… La Caverne

 

Sean, Marie, Odran, Mathieu, Alex, Nans et Nicolas

Récemment, une petite dizaine d’entre nous sommes retournés voir l’avancée du projet de La Caverne.

Nous nous sommes tous réunis au soleil à la sortie du 24 Rue Raymond Queneau, dans le 18ème arrondissement de Paris et avons été accueillis par Théophile Champagnat, l’un des deux fondateurs de La Caverne.

Nous étions tous un peu excités de ce rendez-vous : partir à la découverte d’une ferme urbaine biologique en plein cœur de Paris n’arrive pas tous les jours !

(Depuis ces deux dernières années Paris a vu naître 74 sites d’agriculture urbaine, qui représentent une quinzaine d’hectares…. Mais ça, nous vous en parlerons dans un autre article… )

Revenons à nos micro-pousses

La joyeuse équipe de La Caverne a en effet ré-investi un souterrain abandonné de 3500m2 pour le transformer en un lieu de “maraîchage cavernicole” . Cela consiste à cultiver dans un même espace souterrain différentes variétés de légumes en les faisant interagir positivement entre elles, inspiré par la permaculture. Par exemple, le CO2 produit par les champignons est utilisé comme source d’alimentation par les plantes, le compost leur permet de fertiliser leur culture, etc…

En s’insérant dans un quartier dit “difficile”, La Caverne cherche à dynamiser tout un écosystème et participe ainsi à sa transition avec une agriculture locale, durable et socialement responsable.

Les produits sont pensés en fonction de l’habitat urbain : peu de lumière et beaucoup d’humidité font de La Caverne un lieu idéal pour les champignons, les endives et aussi les micropousses. Inutile de vous dire que le lieu, l’air et les produits sont sains et sont testés régulièrement, les produits de La Caverne sont certifiés Agriculture Biologique.

L’agriculture urbaine rend ces produits accessibles tout au long de l’année, contrairement au maraîchage traditionnel, car les conditions ne sont pas les mêmes. En effet, l’atmosphère du souterrain permet de garder une température constante pour la production de champignons et l’hydroponie permet de produire des endives hors sol, grâce à une solution nutritive.

Promenons-nous dans les bois

 

Théopile au milieu des pleurotes

La Caverne propose avant tout des pleurotes et des shiitakés

Les pleurotes et les shiitakés sont des champignons qui poussent sous lumière artificielle, dans un environnement tempéré et aéré. Les blocs de paille de substrats sont certifiés bio et incubés avec du mycélium, qui se développe au fil du temps sous le plastique (noir ou blanc), grâce à l’humidité de la cave.

Le plus difficile est d’avoir le bon champignon. Il faut en effet éviter que d’autres micro-organismes viennent se développer dans le substrat.

Les shiitakés poussent sur des blocs de substrat

Ces champignons font parti des plus fragiles, attention à ne pas trop les manipuler une fois qu’ils sont cueillis.

A la rencontre des endives

L’endive blanche ainsi que l’endive rouge ont besoin d’obscurité pour se développer. Nous avons donc sorti téléphones et frontales pour bien les voir. Nous en avons aussi profité pour les déguster de nouveau, les feuilles sont croquantes à souhait, à tomber !

Les endives blanches de La Caverne

La première étape de la culture de l’endive consiste à cultiver la chicorée en plein champ afin de bien développer ses racines. La deuxième étape, consiste à forcer ces racines dans l’obscurité la plus totale en les repiquant dans des bacs (ou dans la terre, en maraîchage).

Le forçage hydroponique (hors-sol), consiste à placer les racines pendant trois semaines dans des bacs où circule une solution nutritive maintenue à 20 °C.

Les endives sont disposées les unes contre les autres, ce qui donne leur forme particulière, et leur permet de “se tenir au chaud”, car c’est la chaleur qui va les faire pousser, ainsi que l’humidité qui favorise leur développement. Ces longues racines puisent l’eau dans les bacs.

Une fois l’endive à maturité, il faut les reprendre une à une, puis les séparer délicatement de leur racine.

Dans un noir total, elle gardent leur couleur blanche mais elles verdissent dès qu’elles sont à la lumière du jour. Il faut donc les conserver à l’abri de la lumière.

Pour les cuistots

 

Les micro-pousses de La Caverne

La Caverne propose aussi des micro-pousses de radis, de poireaux, pois-chiches… Vous pouvez les ajouter dans les salades, dans des sandwichs en garniture. Vous pouvez aussi bien relever une viande, en mettre en salade pour ajouter du  tonus en bouche.

Elles poussent sous des lampes LED, l’équipe de La Caverne peut ainsi varier le spectre lumineux afin d’optimiser la croissance des plantes.

Celles-ci sont disponibles directement sur place, lors de leurs ventes à la ferme.

Vive l’agriculture urbaine !

“L’enjeu numéro un, c’était vraiment d’avoir une activité agricole, de produire en ville, et de montrer que c’était possible”

Sean et Nans en plein championnat

Pour les curieux, n’hésitez pas à réserver une visite ! C’est une super expérience et les enfants sont les bienvenus.

Leur site : lacaverne.co

On vous dit à bientôt,

Alex, Nicolas, Marie, Théophile, Odran, Nans, Sean et Bénédicte

L’équipe Au Bout Du Champ